Vos Élues : Blandine Denis et Marion Lepresle

DSCF3358-3

Dans l’opposition au département, présentes dans la commission Finances et la commission Environnement et aménagement du territoire, nous intervenons sur de nombreux dossiers et, en particulier, ceux de la culture, de la préservation de l’environnement, de l’éducation et de la protection de l’enfance et de la famille.

Nous partageons les mêmes convictions environnementales, sociétales et économiques. Un accord a été signé en décembre 2015 lors de la COP21. Dans cet accord, il est noté que toutes les collectivités doivent agir pour lutter contre le réchauffement climatique, le département de la Somme ne doit pas faire exception. Toutefois, en abandonnant des projets tels que le conseil départemental junior, en supprimant son soutien aux associations environnementales et culturelles, c’est tout un pan de l’économie du territoire qui risque de disparaître.


Blandine Denis

IMG_2947

Docteur en sciences économiques, diplômée de l’université de technologie de Compiègne, j’ai toujours milité pour l’accompagnement vers la révolution numérique, de passer de la raison graphique à la raison computationnelle. Sauf qu’il reste beaucoup à faire. Le numérique n’est pas acquis, la formation de futurs informaticiens et les nouvelles formes de travail qui pourraient en découler continue de s’opposer à une vision industrieuse de l’économie.

Chargée d’études à l’Apec, Association pour l’Emploi des Cadres, pendant dix ans, chargée de mission pour le développement des compétences et des formations au conseil régional, l’insertion et l’économie de la connaissance sont au cœur de mes préoccupations.

Née à Abbeville, issue d’une tribu du Ponthieu et de l’Artois, je garde un ancrage territorial fort avec le département de la Somme, même si cela ne m’a pas empêché d’aimer rencontrer les cultures du monde entier africaine, nord américaine, sud américaine et de m’ y immerger.

Ce mandat est pour moi l’occasion de défendre la protection de l’environnement, la faune, la flore, riche mais malmenée dans notre département, la qualité de l’eau qui s’effrite après 40 ans de production intensive. La protection de l’enfance, l’insertion des femmes, la mobilité sont des sujets qui nécessitent un art de négocier pour concilier les différents points de vue. Cet art de négocier est trop souvent oublié, négligé. Or, cet art nécessite du temps et des espaces pour discuter.


Marion Lepresle

IMG_2927

Marion Lepresle, 56 ans, mariée, deux enfants, titulaire d’un DEA de sociologie de l’Université Paris 7 – Denis Diderot, chargée d’études jusqu’en 2001 et depuis cette date, ingénieur d’études en formation continue universitaire dans le domaine de la santé, je suis entrée chez les Verts pour mettre mon énergie au service du changement.

J’avais pendant de longues années travaillé sur les politiques publiques urbaines, sociales, culturelles et je passais mon temps à étudier les acteurs sociaux sans pouvoir agir. J’étais consciente des injustices sociales et environnementales et il me semblait que la seule dénonciation des faits n’était pas efficace. C’est la raison de mon engagement politique en 2000. Je voulais passer à l’action.

Mon mandat de conseillère municipale de l’opposition de 2001 à 2008 m’a permis d’acquérir une première expérience mais ce n’est véritablement qu’en faisant partie de la majorité et en devenant adjointe au maire d’Amiens chargée de l’éducation, de 2008 à 2014, que j’ai pu concrétiser nos idées écologistes et insuffler un changement de cap politique. Cela a été possible car en 2008, j’ai amplement participé à la rédaction du projet municipal.

Durant mon mandat, j’ai pu construire un projet éducatif global autour des valeurs de la solidarité, de l’écologie et de la démocratie et de nombreuses actions ont pu se réaliser en relation avec les objectifs de ce projet : accès aux crèches pour les familles ayant besoin d’aide à la parentalité ; travaux de désamiantage et d’isolation importants dans les écoles ; classes découvertes « éducation à l’environnement et au développement durable » ; reprise en régie de la restauration scolaire et introduction des denrées issues de l’agriculture biologique dans les menus; pour ne citer que quelques exemples.

J’ai souhaité poursuivre mon action. Élue à Amiens comme au Département, je mets toute mon énergie pour défendre les valeurs et les pratiques de l’écologie, de la démocratie, de la solidarité.