Dernier Compte administratif : Suite et fin

Troisième et dernier jour de session publique au Département ce mercredi, petit retour sur ce qui c’est dit sur l’éolien offshore et la ferme des 1000 vaches :

EOLIEN OFFSHORE
Le Président Somon, Emmanuel Maquet, Hubert de Jenlis et les élus de leurs groupesont défendu un voeu (c’est-à-dire une déclaration) clairement intitulé « Non à un nouveau parc éolien en mer au large des baies de Somme et d’Authie » (on vous a mis le texte parmi les images). Ce qui a donné lieu à une magnifique plaidoirie de la part des élus conservateurs LR-UDI, soudainement devenus les meilleurs défenseurs de l’environnement marin pour refuser l’éolien en mer  On a quand même bien compris qu’ils étaient déjà suffisamment embêtés avec la création du parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale (« c’est un nouveau niveau de règles supplémentaire qui nous tombe dessus », dixit Stéphane Haussoulier, Vice-président chargé de… la protection de l’environnement), alors si en plus on leur rajoutait des éoliennes, c’était eul’pompon !

Deux interventions qui résument tout :
-« On n’est pas contre l’éolien offshore, mais contre l’éolien offshore en baies de Somme et d’Authie » (le Président) ;
-« L’est de la Somme a été ravagé par deux guerres mondiales, notre patrimoine va maintenant être ravagé par l’éolien » (Françoise Ragueneau, élue UDI)…

Les arguments de Blandine rappelant que l’éolien offshore est une filière d’avenir créatrice d’emploi n’ont pas trouvé écho auprès d’une majorité qui fait pourtant de l’emploi sa priorité.

1000 VACHES 
Alors que les 1000 vaches sont de retour dans l’actualité juridictionnelle, nous avons déposé une motion (c’est-à-dire une déclaration adressée au Président du Département) demandant au Département de « soutenir un modèle agricole compatible avec un développement environnemental, sain et pérenne, pour notre territoire ». Rappelons que le Président Somon avait déclaré en janvier 2016 que la ferme des 1000 vaches était « une belle réalisation, qui est un des modèles d’élevage qu’il faut promouvoir ».

Et là forcément, il n’y avait plus personne pour défendre le bien-être animal et un modèle d’agriculture durable, avec des exploitations de taille maîtrisée qui soient économiquement viables, et qui permettent de conserver les sols, l’eau et la biodiversité, comme le recommande pourtant les Nations Unies. L’exploitation dite « de référence » mise en exergue lors de la signature de la charge Avenir Elevage 80 ne comprenait d’ailleurs pas plus de 90 vaches laitières. Mais New York est loin de Drucat, et les élus LR-UDI ont bien sûr voté contre notre motion.

Imprimer
Dernier Compte administratif : Suite et fin